OUGANDA - Inquiétude sur les PGM

Des experts du Centre pour les Initiatives de Développement (CDI), membre d’un réseau africain de protection de la biodiversité, ont de nouveau exprimé ouvertement leurs inquiétudes quant à la disparition des semences paysannes et indigènes si l’Ouganda faisait le choix d’adopter les PGM [1]. Bridget Nabikolo, coordinatrice du CDI, a déclaré que les semences GM, brevetées, sont plus chères et doivent être rachetées chaque année. Elle précise aussi que cultiver des PGM augmente la dépendance des agriculteurs vis-à-vis des entreprises semencières, ce qui, à terme, fera perdre aux paysans ougandais leur pratique traditionnelle. Par ailleurs, dans une lettre ouverte au Ministre britannique, le CDI avec d’autres ONG africaines insistent pour que le moratoire sur Terminator ne soit pas levé (cf. article CDB - Moratoire sur Terminator) [2].