Édito

Une coordination instructive et passionnante

Après une dizaine d’années passées au sein d’Inf’OGM, j’ai décidé, à 70 ans, de quitter le CA... Au départ, je n’étais pas « chaud » pour devenir administrateur. Je me suis laissé convaincre quand on m’a dit que ma place était aussi de favoriser des liens entre des structures de la société civile et Inf’OGM. En effet, j’étais alors très investi au sein du Collectif des Faucheurs volontaires. Or j’avais remarqué, au sein du collectif, que nous nous posions toujours plein de questions, que nous avions beaucoup de difficultés à trouver des réponses simples, précises et référencées. Et la mission d’Inf’OGM était justement d’apporter ces éléments-là.

Faire le lien entre une agence d’information indépendante et des militants, faire remonter les questions et les réflexions de « la base », était aussi important. D’ailleurs, Inf’OGM a été sollicitée pour être témoin lors de certains procès, pour animer des ateliers ou des conférences. En 2020, les Faucheurs et Inf’OGM ont, ensemble, réalisé un diaporama très complet et très pédagogique sur les OGM, anciens et nouveaux. Belle source d’enrichissement intellectuel et humain.

Parti de rien, en termes de connaissances, j’ai, petit à petit, au fil des articles, des relectures, des réunions, appris énormément de choses. Humainement, j’ai tout de suite été proche des autres administrateurs et des salariés. Inf’OGM, c’est vraiment une histoire et une association atypiques. Son fonctionnement horizontal, l’absence de distinction entre le CA et l’équipe, l’envie de discuter, construire ensemble, m’ont beaucoup plu. Ce mode-là n’a pas toujours été facile à tenir. Il y a eu des allers-retours, entre l’autogestion absolue et l’envie parfois d’avoir un responsable. Mais nous avons toujours su faire face à ces crises, collectivement, grâce à l’écoute et la bienveillance.
Je voudrais aussi dire que le dossier des OGM avec l’arrivée des nouveaux OGM s’est beaucoup complexifié. Inf’OGM a un travail énorme encore à réaliser. Certes, la vigilance reste de mise sur les OGM agricoles mais d’autres dossiers se bousculent. Les débats sur les vaccins OGM, la loi sur la bioéthique, l’autorisation de créer des embryons transgéniques... sont complexes et j’espère qu’Inf’OGM trouvera les moyens financiers et humains pour continuer d’informer sur ces nouveaux enjeux.

Jacques Dandelot, responsable légal sortant d’Inf’OGM

Le CA dans son ensemble et l’équipe de salariés remercient Jacques pour son engagement sans faille et son exceptionnelle faculté à gérer les relations humaines avec humilité et bienveillance.