UE - La guerre des moratoires est déclarée

AUTRICHE - Le gouvernement vient d’interdire le colza GM de Monsanto (GT73), sur la base du risque de contamination génétique et d’une mauvaise évaluation des risques menée par la Commission européenne lors de l’autorisation à l’importation de ce colza, en août 2005 [1] Cette nouvelle interdiction porte le nombre de moratoires nationaux dans l’UE à douze, répartis dans six pays. L’Autriche est actuellement le pays qui assure la présidence de l’UE.

GRECE - Le 30 janvier 2006, le Ministre de l’Agriculture, Alexandros Kontos, a signé un décret qui renouvelle pour 18 mois et élargit l’interdiction de la culture et de la vente de 31 variétés de maïs GM de Monsanto (MON810) pourtant inscrites sur le catalogue européen des variétés [2]. La précédente interdiction, dont la Commission avait demandé la levée le 11 janvier dernier et qui a été annulée dimanche, portait sur 17 variétés. L’objectif du gouvernement est de se donner le temps de convaincre la Commission de la justesse de son opposition à ces OGM, a indiqué un responsable du ministère. La nouvelle interdiction est “mieux argumentée juridiquement et scientifiquement que la précédente”, a-t-il ajouté.

HONGRIE - La Hongrie a décidé le 9 février d’étendre son interdiction de cultiver des variétés de maïs GM sur son territoire [3]. Le ministère de l’Environnement, Andras Gombos, a déclaré que des chercheurs hongrois avaient mis en exergue des problèmes environnementaux et sanitaires liés à l’utilisation de ces PGM, notamment le fait que “le taux de toxines contenues dans ces maïs est, dans des conditions climatiques humides, plusieurs milliers de fois plus important que dans le cas de pesticides utilisés traditionnellement”. Le Ministre de l’Agriculture considère que la Hongrie doit, pour des raisons économiques, préserver des cultures indemnes d’OGM. 

[2AFP, 30 janvier 2006

[3Hungarian News Agency, 9 février 2006
http://english.mti.hu/default.asp?m...