UE - Gènes synthétiques pour le soja GM 356043

Pionner a déposé une demande d’autorisation commerciale (importation, transformation, alimentation humaine et animale) pour un soja, appelé 356043 qui possède deux transgènes synthétiques, gat4601 et gm-hra, lesquels confèrent chacun une tolérance à des herbicides différents. Ces deux transgènes ne correspondent pas à de simples gènes trouvés dans un organisme, Bacillus lichenformis pour gat4601 et Glycine max (une variété de soja) pour gm-hra, mais à des formes décrites comme "optimisées" dans le dossier fourni par Pioneer [1]. Or, selon l’association I-SiS, cette optimisation fait qu’il s’agit alors de "gènes synthétiques" [2]. Dans les faits, Pioneer a obtenu ces transgènes en partant de plusieurs formes (ou variants) de ces gènes, ces variants étant sujets à mutagénèse dirigée. Ces différents variants sont coupés en petits morceaux qui sont tous mélangés. Leur recollage aléatoire peut conduire à la recomposition d’un gène intègre mais possédant une activité plus efficace que celle de la forme naturelle. Ces transgènes synthétiques sont alors intégrés dans le génome d’une variété de soja. Par ailleurs, le transgène gat4601 est placé derrière un promoteur entièrement synthétique, mélange des promoteurs 35S et Rsyn7-Syn II core consensus.