PGM et arthropodes, un manque d’étude

Le Dr Lovei et ses collègues de l’Université d’Aarhus (Danemark) ont analysé l’ensemble des publications scientifiques qui traitent des impacts des PGM sur les arthropodes – prédateurs naturels des lépidoptères, insectes ciblés par les protéines Bt - démontrés en laboratoire [1]. La principale conclusion de leur étude ne porte pas tant sur les données existantes d’impacts négatifs ou positifs, mais sur le manque de données. Pour les auteurs, « il est évident que toutes les conclusions quant à l’absence d’impacts de transgènes Bt sur les ennemis naturels sont actuellement prématurées et [issues d’une trop grande] extrapolation ». Les données actuellement disponibles concernent 48 ennemis naturels.

[1« Transgenic Insecticidal Crops and Natural Enemies : A Detailed Review of Laboratory Studies », Lovei et al., Environ. Entomol. 38(2) : 293 ?306 (2009) http://esa.publisher.ingentaconnect...