NOUVELLE ZELANDE - Un rapport gouvernemental passé au peigne fin

L’Association “Alliance for Bio-Integrity” [1] a décortiqué le rapport de la Commission Royale sur les Modifications Génétiques et dénonce sa partialité. Elle a pointé ses lacunes, particulièrement flagrantes en ce qui concerne les questions de sécurité alimentaire. Cette section est en effet “inexacte” et partiale mettant en avant les aspects avantageux des biotechnologies, et écartant ou atténuant les problèmes et questions plus délicats. Par exemple, le rapport explique que les déformations gastro-intestinales des rats nourris avec des pommes de terre transgéniques, observées par le Dr Pusztai, étaient liées à la crudité des pommes de terre et non pas à leur transgénicité. Or, le Dr. Pusztai a testé les pommes de terre, crues et cuites. D’autre part, on peut lire dans ce rapport que les “expériences menées par les chercheurs chinois, en tout point similaires à celles décrites par le Dr. Pusztai, n’ont pas produit les mêmes résultats”. Or, ce dernier avait questionné les autres chercheurs pour savoir si son étude avait été refaite et avait déclaré que personne n’avait entrepris une telle démarche. Et aucune publication ne mentionne lesdites recherches chinoises et le rapport ne fournit aucune référence précise.