NOUVELLE-ZELANDE - Le système d’autorisation critiqué

Deux chercheurs de l’Université de Canterbury se sont déclarés alarmés par l’évolution récente du processus d’évaluation des aliments transgéniques [1]. Alors que de nombreuses lacunes existent toujours sur l’étude des effets des PGM sur la santé, le Dr. V. Metcalf reproche, d’une part, que les analyses de biosécurité ne soient pas conduites par l’organe d’évaluation mais par le demandeur de l’autorisation et, d’autre part, que les aliments transgéniques soient considérés comme sans risque tant que le contraire n’a pas été démontré. Quant au Pr. J. Heinemann, il déclare que l’introduction du maïs LY038, modifié pour contenir plus de lysine, est potentiellement dangereuse, la lysine pouvant réagir avec des sucres pour former des produits finaux de “glycoxydation” avancée, qui pourraient causer des symptômes de la maladie d’Alzheimer, de diabète et de troubles du foie.