Bestiaire

Les oliviers sauvés par les mouches GM ?

Valter Jacinto
La mouche de l’olivier

Les producteurs grecs et espagnols d’olives sont actuellement sous d’énormes pressions. Les États en proie à une crise économique majeure ont diminué les subventions destinées au contrôle des ravageurs et notamment de la mouche de l’olivier (Bactrocera oleae).
L’entreprise britannique Oxitec a développé pendant dix ans une mouche de l’olivier génétiquement modifiée permettant de contrôler les infestations en libérant des mâles dont la descendance meurt. Il s’agit du même principe que les moustiques GM destinés à lutter contre le paludisme mais dont la stérilité n’est pas si réelle. Si des associations telle GeneWatch s’inquiètent, notamment, de la présence de millions d’œufs de mouches GM dans les fruits, Oxitec assure qu’avec un traitement limité dans le temps, les œufs ne se retrouveront pas dans l’alimentation humaine. Oxitec assure aussi que le coût de ses mouches GM sera bien moindre que les traitements chimiques ou les pièges à phéromones utilisés en lutte biologique. Comme souvent, les parasites deviennent problématiques quand la monoculture et l’homogénéité génétique des cultures sont généralisées.