JAPON – Des transgènes de plantes non cultivées transmis à des plantes sauvages

Sur le territoire de la préfecture de Mie, des plants sauvages de crucifères (la famille du colza) (Rorippa indica), ont révélé lors d’analyses contenir des transgènes. Trouvés à proximité d’une autoroute, ces plants auraient intégré ces transgènes par croisement avec des plants de colza transgéniques apparus après que des semences furent tombées d’un camion : c’est l’hypothèse avancée par Masaharu Kawata, un chercheur de l’université de Yokkaichi et qui a participé à cette étude [1] présentée comme « citoyenne ». Les transgènes trouvés dans 13 plants de crucifères sur 14 prélevés confèrent une tolérance à des herbicides et ont été développés par Monsanto et Bayer.
Depuis 2005, de telles contaminations sont observées au Japon [2]. L’Australie, les Etats-Unis ou encore la Corée du Sud ont connu des problèmes similaires [3], . Mais selon Masaharu Kawata, il pourrait s’agir du premier cas découvert de croisement, en milieu naturel et hors culture, entre des plants transgéniques et des plants sauvages. Ce nouvel évènement fait dire au chercheur que « avec cette possibilité émergente que des gènes modifiés se disséminent dans la nature, nous sommes inquiets non seulement de l’impact qu’ils pourraient avoir sur les productions agricoles mais également sur les écosystèmes ».