ITALIE - Soja et souris, quels témoins ?

L’équipe du Pr. Malatesta, de l’Université d’Urbino, a publié des résultats exposant les impacts sur des souris d’une alimentation à base de soja GTS 40-3-2, soja autorisé en Europe pour l’alimentation et en cours d’autorisation pour la culture (cf. dossier Inf’OGM n°76, Santé et PGM : des doutes renforcés). Certaines critiques, officieuses, portent sur le fait que les variétés de soja utilisées (GM et non GM) n’étant pas renseignées, les résultats sont difficilement interprétables. Interrogée par Inf’OGM, la Pr. Malatesta a fourni les informations suivantes : « le témoin utilisé était un mélange commercial de soja dont le caractère non transgénique a été certifié par le laboratoire de l’Instituto Zooprofilattico Sperimentale dell’Umbria e delle Marche, qui a travaillé à vérifier soit l’identité du soja GM soit la présence de plusieurs pesticides couramment utilisés en agriculture ». Concernant la variabilité constitutionnelle des plants, « toutes les plantes sont normalement caractérisées par une variabilité extrême du contenu nutritionnel et même du contenu en substances toxiques, suivant la composition du terrain, les conditions climatiques et environnementales, etc. C’est une limite intrinsèque à tous les tests faits en utilisant comme nourriture des végétaux ». La Pr. Malatesta regrette également n’avoir pu se fournir en variété de soja originale ayant servi de base à la transgenèse conduite par Monsanto, la variété A5403.

Source Inf’OGM