ITALIE - Maïs, blé, tomates GM : semblables ou non à leurs homologues non GM ?

Des scientifiques italiens, de l’Institut national de recherche sur l’alimentation et la nutrition, ont comparé la composition de maïs GM, de blé GM et de tomates GM à celle de leur contrepartie non transgénique [1]. Leurs travaux ont porté plus particulièrement sur les acides gras, les antioxydants non saponifiables, les phénols, polyphénols, caroténoïdes, vitamine C, l’activité antioxydante totale et la composition minérale des plantes. Selon leur étude, aucune différence significative n’a été relevée dans les cas du maïs et du blé. Concernant la tomate, les auteurs font part de différences mais n’apportent aucune conclusion différente puisque pour les trois plantes, ils affirment que selon le concept d’équivalence en substance (et non le principe comme l’écrivent les scientifiques), leurs données montrent que ces plantes GM sont similaires à leur contrepartie non transgénique, sur le plan nutritionnel. Ce type de données est parmi celles présentes dans les demandes d’autorisation mais, en Europe, les entreprises doivent malgré tout encore les compléter par des analyses de toxicologie sur la plante entière… en attendant que cette contrainte ne saute, comme l’a recommandé l’AESA dans un rapport de 2007 [2]). On peut surtout noter que conclure à des similitudes entre plantes GM et non GM, en absence de différences d’un petit nombre de paramètres, n’est pas très scientifique. En effet, certaines différences peuvent ne pas être vues si elles interviennent dans des voies métaboliques non étudiées comme le rappelle le Groupe International d’Etudes Transdisciplinaires (GIET) [3].

[1“Assessment of the Nutritional Values of Genetically Modified Wheat, Corn, and Tomato Crops”, Venneria E. et al., J Agric Food Chem, 2008 Sep 10

[3cf. Inf’OGM n°11, juillet 2008, PGM : prouver leur innocuité