INDE – Le coton Bt « tue » les sols selon l’association écologiste Navdanya

Une comparaison de la qualité des sols de champs cultivés avec du coton Bt par rapport à des champs de la même région, cultivés avec du coton non GM ou d’autres plantes, conclut à une diminution « drastique » des microorganismes et enzymes présents dans le sol des champs de coton Bt [1]. Cette étude a été réalisée par l’association Navdanya dans les régions de Vidarbha où se trouvent les plus grandes plantations de coton transgénique en Inde. Dans le détail, l’étude établit que les populations d’actinomycètes (bactéries impliquées dans la décomposition des matières organique) sont réduites de 17%, les populations bactériennes en général de 14,2%, la quantité de Déshydrogénase de 10,3%, celle de Phosphatase acide de 26,6% et celle de nitrogénase de 22,6%. Ces trois enzymes interviennent dans la vie des micro-organismes en rendant le sol propice à leur développement et en leur permettant de fixer l’azote ou les résidus phosphatés présents dans le sol. Pour l’association Navdanya, ces résultats montrent que « le coton Bt rend les sols non fertiles en réduisant l’activité microbienne ». Elle note également que l’étude a été réalisée dans une région qui a connu 20 000 suicides d’agriculteurs sur les cinq dernières années.
L’Inde connaît actuellement un gros débat autour d’une possible autorisation commerciale à venir pour une autre PGM, l’aubergine Bt, débat où plusieurs arguments d’impacts sur l’environnement sont avancés [2]. Pour Navdanya, cette étude s’ajoute donc à une actualité tournant autour de l’évaluation des PGM avant mise aux champs, évaluation que Navdanya considère comme ignorante des nombreux arguments avancés. Elle demande donc la mise en place d’un « moratoire international sur la commercialisation des PGM tant que des études confirmant l’absence de risques sanitaires et environnementaux ne sont pas conduites ».