GRANDE-BRETAGNE - Avis médical

Le Comité Parlementaire Ecossais pour la Santé a demandé à la British Medical Association (BMA) si elle estimait "que le parlement écossais devrait interdire les essais en champs sur la base du principe de précaution pour la santé humaine ?" [1]. Considérant que les OGM peuvent poser des risques pour la santé humaine, la BMA (120 000 membres, soit 80% des médecins en Grande Bretagne) a répondu, en 2002, qu’un moratoire sur les essais en champs s’imposait. De plus, la BMA observe que le nombre d’essais en champs a augmenté ces dernières années et ce, malgré son avis contraire formulé en 1999. Elle pointe également le problème de la résistance aux antibiotiques, expliquant que les marqueurs de résistance aux antibiotiques utilisés dans les OGM peuvent être transférés à des plants non transgéniques puis dans des organismes pathogènes responsables de maladies chez l’Homme. Suite à ce rapport, un membre du Parti Vert Ecossais, Robin Harper, a déposé une motion auprès du parlement écossais appelant à l’arrêt des essais en champ.

En 2003, un ans après avoir rendu un premier rapport dans lequel, l’Association Britannique des Médecins (British Medical Association - BMA) s’inquiétait des effets à moyen et long terme de la consommation de plantes transgéniques sur la santé humaine, et 3 mois après sa réponse faite au parlement écossais quant à la nécessité d’un moratoire sur les essais en champ, cette association changeait radicalement d’opinion. Fruit des lobbies ? En tout état de cause, Sir Peter Lachman, membre de la BMA déclare : « je ne pense pas qu’il y ait quelques raisons de croire que la nourriture transgénique soit dangereuse pour la santé humaine ». De son côté, Dr Vivienne Nathanson, directrice du département Science et Ethique de la BMA considère « Le rapport de la BMA de 1999 était un rapport intérimaire, reflet des connaissances scientifiques de l’époque. Une conférence pour faire l’état des lieux des avancées scientifiques dans ce domaine est nécessaire et aura lieu cette année. »