FRANCE - Régions sans OGM

Lors d’une réunion à Paris le 24 avril 2004, les Verts ont réuni l’ensemble de leurs conseillers municipaux, généraux et régionaux. Le parti écologique a proposé un projet de “plate-forme pour des éco-régions” en dix points destiné à être distribué au 18 régions dans lesquelles le parti participe à l’exécutif. Parmi les priorités, les Verts veulent des régions sans OGM. Le rôle de la Région devra être d’impulser les initiatives communales contre les OGM1.

En 2002 et 2003, cinq régions (Limousin, Centre, Provence-Alpes-Côte d’Azur, Midi-Pyrénées et Aquitaine) avaient déjà pris des vœux anti-OGM. Le 23 avril, la Bourgogne, puis le Poitou Charente se sont déclarés “zone sans OGM” et ont décidé de soutenir les maires qui prendraient des arrêtés2. Le 29 avril, le Conseil Régional Rhône-Alpes prenait une délibération dans le but d’interdire “toute mise en place sur son territoire de cultures d’OGM en plein champ, qu’elles soient destinées à la production ou à l’expérimentation”. Elle estime que des alternatives aux OGM sont possibles et charge trois de ses commissions d’élaborer des propositions facilitant “le non recours aux OGM pour les différentes productions et notamment pour l’alimentation du bétail”3. Ensuite, ce sont les Pays de la Loire (17 mai), la Picardie (28 mai), la Bretagne (1er juillet) qui ont pris (ou vont prendre) de tels vœux4. Des départements ont aussi pris de tels vœux, à l’instar de la Seine Maritime, des Hauts de Seine...

1, AFP, 24 avril 2004
2, http://www.lejsl.com/setl/20040512....
3, AFP, 29 avril 2004
4, Le Monde, 6 mai 2004