FRANCE - PGM : des syndicats agricoles plutôt réservés

Le 13 décembre 2006, lors d’une rencontre de l’Association Française des Journalistes Agricoles [1], les syndicats agricoles se sont exprimés sur les PGM. Pour la FNSEA, le premier syndicat français, “il faut se laisser du temps avant de se lancer dans la culture des PGM. [...] Si les consommateurs ne veulent pas en manger, nous devons nous poser des questions quant au fait d’en cultiver”. Pour la Confédération Paysanne : “s’il n’y avait pas eu des actions de fauchage depuis 1997, nous mangerions tous des PGM et la question ne serait même pas évoquée”. La Coordination Rurale demande “aux agriculteurs de ne pas semer de PGM. Il est invraisemblable que les agriculteurs soient tenus pour responsable en cas de contamination”. Quant au Modef, il ne souhaite pas de cultures GM en France, précisant qu’il “faut laisser la recherche publique travailler”. Les Jeunes Agriculteurs demandent que “les politiques prennent leurs responsabilités sur les PGM en se basant sur les analyses des scientifiques”.