FRANCE - Expérimentations et arrachages

Lors du Congrès de l’Association des Producteurs de Maïs (AGPM), le Président de la FNSEA a évoqué la “poignée d’excités”, les “croisés de l’anti-tout”, qui ont arraché des champs d’OGM cet été. Pour lui, ces destructions “compromettent nos espoirs d’en savoir bientôt plus sur les plantes transgéniques, et notamment sur leurs risques éventuels pour l’environnement et les pratiques agricoles”. Elles lui apparaissent aussi inacceptables car “entraver la recherche aujourd’hui, c’est se priver de ce potentiel d’innovation. C’est forcer nos laboratoires - publics et privés - à se délocaliser”. Gustave Stahl, de l’association France Nature Environnement (FNE), rappelle cependant qu’en 2001, sur 108 essais, 13 seulement étudient les risques des OGM. FNE précise aussi que les essais sont saupoudrés sur le territoire : 31 parcelles différentes pour une seule variété de Monsanto (Maïs Ga21), avec pour effet d’augmenter les contaminations. D’ailleurs, FNE demande que les cultivateurs de non OGM sachent s’il y a des OGM à moins de 5 km de leurs champs.
Extraits de l’intervention de Jean-Michel LEMÉTAYER, FNSEA

FNSEA
FNE