Encore d’autres impacts des PGM sur les insectes non cibles

Au sein de l’institut de Biologie intégrée de l’ETH de Zurich, l’équipe du Pr. Hilbeck vient de démontrer que les protéines Bt exprimées par les PGM peuvent avoir des effets mortels sur la coccinelle Adalia bipunctata [1]. Pour se faire, les scientifiques ont exposé les insectes à des protéines Cry1Ab et Cry3Bb actives et produites par des microorganismes. Ces protéines sont similaires à celles présentes dans les PGM résistant aux insectes. Leurs résultats montrent que les coccinelles exposées à ces protéines connaissent une plus grande mortalité de leurs larves. Et ce, même à des concentrations aussi faibles que 5 microgrammes / ml. Cependant, aucune différence ne fut observée quant à la durée du développement et le poids général des insectes arrivés au stade adulte. Pour les chercheurs, cette mortalité plus élevée est directement liée aux protéines Bt actives et pose donc la question de leur spécificité d’action. En effet, le Bt est réputé n’agir que sur des lépidoptères, alors que la coccinelle est un coléoptère.

[1“Effects of Activated Bt Transgene Products (Cry1Ab, Cry3Bb) on Immature Stages of the Ladybird Adalia bipunctata in Laboratory Ecotoxicity Testing”, Schmidt JE et al., Arch Environ Contam Toxicol. 20 août 2008, http://www.springerlink.com/content...