ETATS-UNIS – Un soja conventionnel qui résiste à la sécheresse

Tommy Carter, un chercheur en phyto-génétique du département états-unien à l’Agriculture (USDA-ARS), situé à North Carolina State University, travaille depuis 25 ans sur la mise au point d’un soja qui tolérerait la sécheresse. Ce travail, au départ peu mobilisateur pour la profession agricole, a finalement été largement soutenu, à partir des années 90, notamment par l’United Soybean Board (USB) qui a offert, au total, sept millions de dollars. En finançant cette recherche, l’USB, syndicat interprofessionnel, répondait aux souhaits majoritaires de ses adhérents. M. Carter a donc étudié en détail un millier de lignées de soja hébergées par la collection de germoplasme de soja de l’USDA à Urbana dans l’Illinois. Dans cette collection, il a identifié une variété naturellement résistante à la sécheresse. En la croisant avec d’autres variétés d’intérêts agronomiques, Carter et son équipe ont obtenu sans transgénèse, une nouvelle variété résistante à la sécheresse qui devrait être commercialisée au cours de l’année 2009 [1]. Carter précise qu’en conditions de sécheresse où le soja conventionnel a un rendement d’environ 30 boisseaux à l’acre seulement, sa variété résistante à la sécheresse aura un rendement supérieur de quatre à huit boisseaux par acre, en fonction de la région. Mais, précise le chercheur, cette variété donne aussi de bons rendements en conditions d’humidité.