ETATS-UNIS - Transmission de la résistance au glyphosate

La résistance aux herbicides à base de glyphosate peut se transmettre d’une espèce de plantes adventices (“mauvaises herbes”) à une autre, via le flux de gènes, selon des chercheurs de l’Université d’État de l’Iowa et Delaware [1]. Les taux d’hybridation et de transfert de la résistance aux herbicides entre les espèces C. canadensis et C. ramosissima montrent qu’environ 3% des ovules d’une espèce sont fécondés par le pollen de l’autre espèce et produisent des semences viables. Ces hybrides interspécifiques sont plus résistants que le parent déjà résistant (C. canadensis). Pour les chercheurs, la lutte contre les mauvaises herbes au moyen de l’herbicide à base de glyphosate devrait être alliée à d’autres stratégies de gestion pour freiner ces phénomènes d’acquisition de résistance. Des phénomènes de résistance au glyphosate parmi les plantes adventices sont de plus en plus observés aux Etats-Unis et dans d’autres pays (cf. Inf’OGM n°84).

[1“Transfer of glyphosate resistance : evidence of hybridization in Conyza (Asteraceae)”, I.A. Zelaya et al., American Journal of Botany, 2007, 94 : 660-673