ETATS-UNIS – OGM et pays en développement : bras de fer entre le gouvernement et la société civile

Les sénateurs Bob Casey (démocrate) et Dick Lugar (républicain) viennent d’introduire un projet de loi intitulé « Global Food Security Act » (SB 384) [1]. Ce projet de loi vise à augmenter les subventions à la recherche agricole dans les pays en développement. Mais, pour les deux sénateurs, les subventions doivent inclure le soutien aux développement du génie génétique. Ce projet de loi est dénoncé par plusieurs associations et une cyber action vient d’être lancée [2]. Pour les signataires, les OGM, vendus comme « semences humanitaires » ne sont pas une solution à la faim dans le monde. Ils rappellent qu’à ce jour, pas une seule culture commerciale transgénique n’a permis d’améliorer durablement les rendements, ou la qualité nutritionnelle. Ceci s’explique par les chiffres : 85% des cultures GM sont conçues pour survivre aux herbicides chimiques, tels que le Roundup ou le Liberty. Cela a un « intérêt » pour les grands producteurs qui cherchent à réduire le travail de labour dans un but de contrôler les mauvaises herbes... Mais elles ne sont pas du tout adaptées aux petits producteurs dont l’objectif est de nourrir leur famille ou communauté. La cyber action s’appuie sur le rapport de l’IAASTD pour affirmer cela [3]. Au contraire, ce rapport précise que les solutions se situent dans la promotion de pratiques agroécologiques qui non seulement augmentent la productivité agricole, mais surtout sont accessibles même aux plus petits agriculteurs. Ainsi la cyber action demande que les OGM soient exclus de toute forme d’aide alimentaire et de tout soutien financier des Etats-Unis à la recherche agricole. Pour les associations, cette loi n’est rien d’autre qu’un cheval de Troie des plantes transgéniques dans les pays en développement.
La cyber action reconnaît que la « crise alimentaire a clairement montré combien il est vital que nous augmentions notre soutien financier aux pauvres du monde - surtout les petits agriculteurs – pour qu’ils deviennent plus productifs et ainsi capables de nourrir leurs familles et leurs communautés ».
Un projet de loi identique sera prochainement présenté aux députés (House of Representatives).