ETATS-UNIS – Le glyphosate augmente les fusarium du sol… mais rend l’USDA muette !

L’équipe du Professeur Kremer de l’Université du Missouri et du ministère états-unien de l’agriculture (USDA) a publié en octobre 2009 un article sur les effets du glyphosate sur les microorganismes présents dans la rhizosphère [1]. Les chercheurs, sur la base d’études publiées ainsi que sur des données d’essais en champs conduits avec du maïs et du soja RR dans le Missouri de 1997 à 2007, se sont intéressés aux effets du glyphosate sur les populations de champignon Fusarium autour des racines des plantes et dans les sols ainsi que sur d’autres bactéries du sol. Selon leurs résultats, les populations de Fusarium augmentent significativement après application de glyphosate. Ainsi, les racines de soja et maïs RR étaient « fortement » colonisées par le champignon en comparaison des plantes GM non traitées au glyphosate. Les chercheurs avancent comme explication que le glyphosate rejeté par les racines des plantes pourrait servir de nutriments aux champignons et stimuler leur propagation. D’autres effets liés au glyphosate ont été observés : diminution de la quantité de manganèse dans le sol et donc moindre disponibilité pour les plantes ; réduction des nodosités chez les plantes (lieu d’échanges racinaires entre la plante, apportant des produits carbonés, et des bactéries fournisseuses de composés azotés) ; réduction des interactions entre bactérie et champignons. Ce phénomène pourrait s’expliquer par exemple par une baisse de la population bactérienne tout simplement. L’hypothèse sera certainement vérifiée par les chercheurs.
Ce travail scientifique a été publié dans la revue scientifique European Journal of agronomy. Le ministère états-unien de l’Agriculture n’a, de son côté, pas jugé utile de divulguer ces résultats. Après avoir essayé plusieurs fois, sans succès, d’obtenir un communiqué de presse du ministère, le Dr. Kremer explique ainsi les réticences du ministère à cette publication : « si les agriculteurs utilisent la technologie du Round Up, l’USDA ne veut pas publier d’informations négatives sur celle-ci », affirme-t-il [2].

[1« Glyphosate and glyphosate-resistant crop interactions with rhizosphere microorganisms », Kremer RJ et al., European Journal of Agronomy, vol. 31, Issue 3, octobre 2009, pp. 153-161