ETATS-UNIS – Campagne de boycott contre Kellogg’s

Le 12 juin 2008, Organic Consumers Association (OCA), association soutenue par de nombreuses autres organisations de la société civile, écrivait à Kellogg’s afin que cette entreprise s’engage à ne pas utiliser de sucre issu de betteraves génétiquement modifiées. La lettre faisait référence spécifiquement à un article du New York Times (26 novembre 2007, [1]) dans lequel Kris Charles, porte-parole de l’entreprise Kellogg’s, expliquait que son entreprise « n’aurait pas de souci » à acheter du sucre issu de betteraves GM car, aux Etats-Unis, « la plupart des consommateurs ne sont pas préoccupés de la biotechnologie ». La lettre de l’OCA indiquait qu’un boycott serait organisé si l’entreprise ne revenait pas sur cette décision. Dans sa réponse, envoyée le 27 juin 2008, Kellogg’s réaffirmait que puisque les Etats-uniens étaient moins préoccupés par les OGM que les Européens, la politique dans ces deux zones géographiques n’était pas identique. La lettre rappelait qu’il existe « un consensus scientifique international » sur l’absence de risque sanitaire pour les produits génétiquement modifiés actuellement sur le marché.
Non satisfaite de la réponse de Kellogg’s, OCA a mis en place une cyberaction, et appelle les citoyens états-uniens au boycott de l’entreprise. Cette cyberaction commence ainsi : « En tant que consommateur, je vais boycotter tous les produits de Kellogg’s, y compris ceux de sa filiale Morningstar Farms, jusqu’à ce que votre entreprise s’engage à s’approvisionner avec du sucre non génétiquement modifié » [2].