ESPAGNE - Un riz résistant à des champignons

Des chercheurs de l’Institut de Biologie Moléculaire de Barcelone du Conseil supérieur de recherches scientifiques (CSIC) ont présenté, début 2006 [1], leur projet de recherche sur une modification génétique du riz afin de le protéger du champignon Magnaporthe grisea, un des responsables de la maladie dite de “brûlure du riz”. Deux pistes sont envisagées : l’incorporation du gène synthétisant la protéine antifongique d’un champignon, Aspergillus giganteus ; et celle d’un gène de larves d’insectes. Les chercheurs doivent évaluer les implications en termes d’impacts sanitaires et environnementaux. Par ailleurs, une étude précédemment publiée dans le journal Nature montrait que la mise en culture d’un mélange de deux variétés de riz non transgénique permet une forte augmentation des rendements de culture et la protection de ces cultures contre un ensemble de maladie, et tout spécialement contre celle de la brûlure du riz [2].

[1”Biotechnologically Relevant Enzymes and Proteins Biotechnologically relevant enzymes and proteins Antifungal mechanism of the Aspergillus giganteus (AFP) against the rice blast fungus Magnaporthe grisea”, AB. Moreno et al., Applied Microbiology and Biotechnology, 24 mars 2006

[2“Genetic diversity and disease control in rice”, Zhu Y. et al.,
Nature n°406, 2000, pp. 718-722