ESPAGNE – La société civile réclame un moratoire sur les OGM

Une déclaration contre l’utilisation des plantes transgéniques [1], signée par plus de 300 chercheurs et représentants de la société civile, a été présentée à la presse le 16 janvier 2008. Cette déclaration précise que les OGM représentent une menace pour la santé, l’environnement et l’agriculture durable. Les Amis la Terre, la COAG, Ecologistas en acción (Ecologistes en action) et Greenpeace, en collaboration avec Científicos por el Medio Ambiente (Scientifiques pour l’Environnement, CIMA) ont voulu faire entendre la voix de nombreux chercheurs, universitaires, enseignants, organisations professionnelles agricoles, associations des écologistes, de consommateurs, de producteurs d’agriculture écologique, ONG de développement et montrer ainsi que, contrairement à ce qu’affirment les industriels de la biotechnologie, les plantes transgéniques sont rejetées massivement, et par toutes les professions. Cette déclaration précise que les OGM sont une question qui affecte l’ensemble de la société, et que si l’aspect scientifique est important, c’est malgré tout à la société dans son ensemble de prendre les décisions qui affectent l’agriculture et l’alimentation. Les organisations qui promeuvent cette déclaration espèrent que le gouvernement espagnol entendra l’opposition sociale forte à "l’imposition des OGM dans l’agriculture et l’alimentation" et qu’il réorientera l’agriculture vers des pratiques environnementalement et socialement durables.