DANEMARK - La biotechnologie dans les pays en développement

Dans un rapport de 168 pages, consacré à l’aide aux pays en développement, le Ministère des affaires étrangères estime qu’actuellement les biotechnologies servent surtout à l’enrichissement des pays occidentaux au détriment des pays en développement. Or, ce ministère se demande comment faire pour que l’argent qu’il donne aux pays en développement puisse servir à réduire le fossé économique entre les pays. Ce rapport prend en compte toutes les biotechnologies et non pas seulement la transgénèse. Les auteurs du rapport sont des biologistes moléculaires, des généticiens et des sélectionneurs. En conclusion, le rapport signale que " les techniques modernes de sélection végétale ont beaucoup à apporter ". Elles peuvent faire partie d’une seconde révolution verte : la Biorévolution. Cependant, afin qu’elles soient vraiment utiles, il faut développer un véritable et équitable transfert technologique, participer à la mise en place de législation et permettre à ces pays d’avoir une réelle capacité d’analyse des risques. Une proposition finale met en exergue la création d’un réseau international sur la question des biotechnologies qui regrouperait des représentants des instituts de recherche publics et privés, des bailleurs de fond, etc. Le rapport énumère en conclusion 12 principes pour la coopération en matière de biotechnologies végétales entre les pays développés et en développement.