Codex alimentarius : L’évaluation en débat

Une réunion d’experts internationaux, dépendant du Codex Alimentarius, s’est tenue à Tokyo sur le sujet de l’évaluation des risques des biotechnologies dans l’alimentation [1]. Un membre de la délégation américaine a expliqué que « l’objectif principal est d’arriver à un accord international, basé sur les connaissances scientifiques et qui permette de définir les grandes lignes de l’évaluation des aliments. Les standards recherchés doivent permettre d’assurer que la nourriture issue des technologies modernes est aussi sûre que celle que les consommateurs ont déjà ». Ce travail complète celui entamé par le Codex Alimentarius qui définit les critères d’évaluation généraux pour l’alimentation. Le travail effectué au Japon concernait précisément les OGM dans la nourriture (incluant le fromage, le pain, les yahourts et les boissons alcoolisées comme la bière et le vin). Les recommandations seront présentées à la réunion du Codex à Rome, en juillet 2003. Elles devraient se baser sur : une évaluation au cas par cas avant toute autorisation de mise sur le marché ; une clarification précise de la traçabilité des produits en vue de leur retrait rapide du marché en cas de problème ; une demande de tests de sécurité sanitaire plus pointus et plus complets notamment pour les allergies potentielles ; le développement des capacités des pays en voie de développement à évaluer la sécurité de l’alimentation transgénique ; un suivi du produit post autorisation…