CANADA - Tolérance à la sécheresse

L’entreprise canadienne Performance Plant a développé une technologie afin de rendre des plantes tolérantes au manque d’eau [1]. Ce transgène fonctionnerait sur un mode d’interrupteur. Pour cela, les chercheurs insèrent une copie à l’envers du gène, déjà présent, qui code pour la protéine farnesyl transferase, impliquée indirectement dans l’ouverture et la fermeture des pores des feuilles. Ce gène est mis sous contrôle d’un promoteur qui est actif seulement en condition de sécheresse [2]. La synthèse de cette protéine à l’envers va inhiber celle de la protéine native, induisant une fermeture plus rapide des pores qui limitera l’évaporation de l’eau. L’entreprise aurait déjà expérimenté en champ cette technologie sur du colza, des pétunias et l’herbe Arabidopsis thaliana. Cependant, l’entreprise explique que cette résistance à la sécheresse serait effective pour des plants adultes et non des jeunes plants en croissance. Aucune étude d’impact n’est fournie par l’entreprise. Pourtant, elle a déjà réalisé des accords de licence avec Syngenta pour appliquer cette technologie à des variétés de maïs et de colza, et avec ScottsMiracle-Gro pour du gazon et des plantes ornementales.

[2Source Inf’OGM