BRESIL - Fauchage de maïs transgénique

Les femmes de Via Campesina et le Mouvement des Sans Terre (MST) ont voulu faire de la journée de la Femme, le 8 mars, une journée d’action et de lutte contre le système agro-alimentaire, pour demander une réforme agraire équitable et dénoncer les OGM, les monocultures intensives (notamment canne à sucre et eucalyptus) et les agrocarburants [1]. Elles ont ainsi organisé des manifestations devant les sièges de Monsanto à Sao Paulo et de Syngenta à Rio de Janeiro, elles ont occupé des voies ferrées, et bloqué l’usine Cargill de Dorés pour quelques heures. A Bahia, 3000 femmes ont occupé les locaux du ministère de l’Agriculture, et dans le Xanxerê, région ouest de Santa Catarina, 700 femmes ont fermé l’accès à la société Agroeste, société de semences de maïs rachetée par Monsanto. Enfin, environ 300 paysannes ont envahi et détruit un champ expérimental de semences transgéniques qui appartenait à Monsanto [2], à Santa Cruz das Palmeiras, situé à 224 km de Saõ Paulo. Ces dernières ont dénoncé publiquement les risques liés aux OGM et demandé aux autorités de retirer l’autorisation accordée par le Conseil national de bio-sécurité à la commercialisation de deux variétés de maïs GM le 12 février. Les protestataires ont quitté la plantation avant l’arrivée de la police.