BELGIQUE - Un essai de pommes de terre OGM partiellement détruit

Dimanche 29 mai 2011, à Wetteren, en Belgique, à l’appel du "Field Liberation Movement" [1], 400 militants anti-OGM, venus de Belgique, de France et des Pays-Bas, ont manifesté devant le centre de recherche flamand sur les biotechnologies (VIB) [2], qui expérimente, en champ, une pomme de terre transgénique résistante au mildiou (Phytophthora infestans). Arrivés devant le site, environ 200 d’entre-eux ont tenté d’escalader les hautes grilles qui protégeaient l’essai en champ. Malgré le dispositif "hautement sécurisé" et la présence d’une quarantaine de policiers, certains militants ont réussi à pénétrer dans le champ, et avec l’aide involontaire de la police qui les poursuivait, ont réussi à détruire environ la moitié de l’essai.
En parallèle, les militants qui n’ont pas souhaité participer à l’action de désobéissance civile, ont jeté des plants de pomme de terre bio dans la parcelle.
Une quarantaine de manifestants ont été interpellés. Interrogée par Inf’OGM, Franciska Soler, une Faucheuse volontaire, nous précise que la plupart des blessés du côté des Faucheurs l’ont été en se coupant au fil barbelé, comme Dominique Plancke, élu vert de la Région Nord Pas de Calais, ou en tombant des grilles... Les journaux évoquent aussi des blessés légers parmi les forces de l’ordre. D’après les témoignages, ces blessures se seraient produites pendant les arrestations et seraient totalement bénignes. Globalement, tant la police que les manifestants, ont su garder une attitude relativement calme, malgré ce que suggère le titre racoleur du Figaro qui titre "Manif anti-OGM en Belgique : 18 blessés" [3]
Cet essai de PGM était mené en collaboration avec l’Université de Gand et l’Institut pour la recherche sur l’agriculture et la pêche (ILVO) [4].
Les Faucheurs volontaires précisent que "nous n’avons pas besoin de pomme de terre GM. Il est possible d’obtenir des pommes de terre résistantes au mildiou en utilisant la sélection naturelle, ces variétés existent déjà".

Dernière minute :
Le mercredi 1er juin 2011, la ministre de l’Intérieur, Annemie Turtelboom, a annoncé à la Chambre que le coût de l’intervention de la police s’élevait à 35 000 euros. Elle a aussi précisé que les responsables de l’essai avaient dépensé 100 000 euros pour la protection du champ.

Informations pratiques

du lundi 30 mai 2011 à partir de 16H25 au 0000 jusqu'à 00H00
-

Récit détaillé de l’action sur Article XI : http://www.article11.info/spip/Wett...