AUSTRALIE – Deux Etats résistent aux OGM

Le premier ministre de l’Etat de l’Australie de l’Ouest (Western Australia, WA), M. Carpentier, a promis, début septembre, cinq millions de dollars australiens (soit 2,82 millions d’euros) pour aider à promouvoir cet Etat comme « une zone sans OGM » [1], afin de ne "pas voir les 10 milliards de dollars liés à l’agro-industrie dans cet Etat menacés par les OGM". Deux millions serviront pour aider le marché « sans OGM », deux millions pour la recherche végétale et un million pour la détection des OGM dans les produits. M. Carpentier a dénoncé en même temps la volonté des libéraux d’autoriser les cultures transgéniques, ce qui a été démenti par le leader de l’opposition, Colin Barnett.

Par ailleurs, en Tasmanie, un comité, regroupant tous les partis politiques du gouvernement de l’Etat, vient de rendre un rapport qui recommande que l’interdiction de la dissémination dans l’environnement des plantes transgéniques soit prolongée de cinq ans. Pour le directeur de Gene Ethics, Bob Phelps, la prolongation du moratoire en Tasmanie isolera encore plus les Etats de Victoria et du New South Wales (NSW), qui viennent d’autoriser la culture commerciale du colza transgénique, en 2008. Le rapport recommande aussi des évaluations scientifiques indépendantes sur les impacts des OGM sur la santé humaine, la garantie d’une surveillance nationale du territoire par le gouvernement fédéral, l’application des mêmes normes que dans le cadre de l’évaluation des médicaments par la Food Standards Australia (organe de régulation des normes alimentaires) et la mise en place d’un étiquetage des produits dérivés d’OGM.