AUSTRALIE - Colzas GM et non GM : des rendements égaux la première année

En 2008, l’organisme australien d’essais des variétés (NVT) a testé pour la première fois quatre variétés de canola transgénique (le canola est un colza avec un faible taux d’acide érucique) en cinq lieux différents [1]. Ces essais ont comparé le rendement de 26 variétés de canola conçues pour tolérer des herbicides : quatre variétés transgéniques tolérant le roundup (Roundup Ready), sept variétés mutées tolérant l’imidiazolinone (Clearfield, obtenues par mutagénèse) et 15 variétés obtenues par croisement conventionnel tolérant la triazine. Sur les cinq lieux d’essais, seuls deux ont permis d’obtenir des résultats, les autres ayant été victimes d’un excès de sécheresse et de froid. Les rendements observés sur les essais concluants montrent une équivalence entre les variétés, allant de 1,15 à 1,26 tonne/hectare à Forbes (Nouvelle Galles du Sud) et de 0,73 à 0,81 tonne/hectare à Horsham (Victoria). La conclusion brute est donc que toutes les variétés ont eu le même rendement de culture, qu’elles soient transgéniques, mutées ou obtenues par croisement conventionnel. Mais pour Alan Bedggood, directeur du NVT, ces données, obtenues sur une année, ne permettent pas de tirer des conclusions. Pour être exhaustif, il est nécessaire d’avoir des données obtenues en plusieurs lieux et sur plusieurs saisons. Si Alan Bedggood adopte une approche raisonnable, la question se pose donc de savoir pourquoi les résultats de la première année ont été publiés et surtout, de savoir s’il est prévu que ces essais soient répétés. Alan Bedggood a répondu à Inf’OGM que des essais similaires étaient prévus pour 2009, dans dix lieux différents au lieu de cinq. Hormis les conditions climatiques qui pourront être différentes de celles de 2008, un ensemencement prévu plus tôt et peut-être un nombre supérieur de variétés étudiées, les essais de 2009 seront conduits de manière similaire à 2008 pour permettre la comparaison [2]. Mais d’ores et déjà, pour Julie Newman, porte-parole du Réseau national d’Agriculteurs (NCF), « voilà la preuve que le canola GM ne répond pas aux promesses qui sont faites » [3].