ALLEMAGNE - Fauchage de PGM

Deux essais de PGM ont été détruits :
- d’une part, le 12 juin, un essai d’orge appartenant à l’Université de Giessen qui, dans le cadre d’un programme public de recherche en biosécurité, se proposait d’étudier l’impact de ces PGM sur les champignons bénéfiques (mycorrhiziens). L’une des variétés GM d’orge expérimentées contenait un gène actif de chitinase issue d’un champignon du sol. L’autre variété contenait un gène d’une bactérie du sol qui produit la glucanase avec un double objectif : améliorer ses propriétés de brassage et le rendre plus facilement digestible pour le bétail.
- d’autre part, le 22 juin, un essai de maïs à Forchheim (Baden-Württemberg). C’était l’un des cinq essais financés par le ministère fédéral de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Protection du Consommateur (en allemand, BMELV), dans le cadre d’un programme de recherche sur la coexistence entre maïs GM et conventionnel.
Ces deux essais avaient déjà été détruits l’année dernière.

Par ailleurs, lors du rassemblement annuel des faucheurs allemands, appelé Gendreck weg [1], trois parcelles de maïs transgénique MON810, cultivées commercialement et situées à une soixantaine de kilomètres à l’est de Berlin (Brandenbourg) ont été partiellement détruites par une cinquantaine de militants. Ces derniers ont agi à visage découvert, sous l’œil des caméras de télévisions et des policiers qui les ont mis en garde à vue pendant une dizaine d’heures