ALLEMAGNE – Des apiculteurs déménagent pour échapper aux PGM

Six apiculteurs habitant près de Kaisheim, à côté de Berlin, ont déménagé leurs ruches dans la ville de Munich afin d’éloigner leurs abeilles des cultures de maïs transgénique [1]. Suite à leur dépôt de plainte contre les cultures de PGM à cause des risques qu’elles représentent pour l’apiculture, la justice allemande [2] avait répondu que les cultures GM étant légales, c’était aux apiculteurs de déménager leurs ruches, tout en précisant que les apiculteurs avaient la possibilité de de poursuivre le gouvernement pour d’éventuels dommages et pertes. Ce que ces derniers ont donc fait. Pour Karl Heinz Bablok, un des apiculteurs, "il est bien connu que les abeilles vivent à 90% dans un périmètre de trois kilomètres [autour de leur ruche] mais elles peuvent voler jusqu’à 10 kilomètres sans problème. Nous sommes heureux que la ville de Munich ait accordé l’asile à nos abeilles". Le Directeur du syndicat d’apiculteurs Millifera, Thomas Radetzki, explique que les ruches sont déménagées partout en Allemagne mais que dans la région de Berlin, "il est quasiment impossible d’échapper aux cultures GM. Ces cultures sont partout et les abeilles leur font face à un moment ou à un autre". Le problème pour les abeilles n’est pas limité aux PGM puisque, selon Peter Rozenkranz, entomologiste à l’Université de Stuttgart, les monocultures et l’utilisation intensive de pesticides obligent les abeilles à chercher refuge dans les villes, où parcs, jardins, fleurs des balcons représentent un lieu de vie moins agressif. La monoculture provoque une famine chez les abeilles puisque passée la floraison des cultures pratiquées, plus aucune fleur n’est présente pour les nourrir. Et selon P. Rozenkranz, "pratiquement tous les insecticides et pesticides sont mortels pour les abeilles".

[2Tribunal administratif de Augsburg, 30 mai 2008