Des vaccins OGM pour faire accepter les plantes OGM

Vu la méfiance à l’égard des pesticides de synthèse, il n’est pas facile de vendre des OGM qui tolèrent un herbicide. Cette « innovation » n’apparaît pas pour le grand public en Europe comme nécessaire. Comment faire passer la pilule ? La santé semble un bon cheval de Troie…

Cet article a été publié dans le journal Inf'OGM.
À ce titre, il est réservé aux abonné-e-s.
S'abonner, c'est recevoir un journal didactique de 28 pages chez vous tous les trois mois.
S'abonner, c'est aussi soutenir une veille citoyenne d'informations indépendantes et critiques sur les OGM et les semences.


 [1]
 [2]
 [3]
 [4]
 [5]
 [6]

[4Le Monde, opinions : « Le génie génétique, paradoxalement accepté pour les vaccins mais refusé pour la betterave », tribune collective, 27 janvier 2021.

[5Une grande partie des autres signataires travaillent pour le Centre d’Étude Atomique (CEA) . Or le CEA, avec le concours de l’Inra, a lancé dans les années 50 les premières plantes génétiquement mutées par irradiation.