Vivant numérisé : la bataille des acteurs

Entreprises, organisations paysannes et chercheurs sont aujourd’hui plongés dans une société numérique. Souhaité ou non, l’un des débats agricoles majeurs qui agitent les instances internationales est celui de l’«  information de séquençage numérique  ». Alors que la gestion numérique du commerce, de l’économie et des sociétés humaines explose à la faveur des confinements répétés, tout le monde n’affiche pas les mêmes ambitions de numérisation, du vivant cette fois.

Cet article a été publié dans le journal Inf'OGM.
À ce titre, il est réservé aux abonné-e-s.
S'abonner, c'est recevoir un journal didactique de 28 pages chez vous tous les trois mois.
S'abonner, c'est aussi soutenir une veille citoyenne d'informations indépendantes et critiques sur les OGM et les semences.

1, https://www.agrarforschungschweiz.ch/fr/2019/03/numerisation-des-ressources-genetiques-pour-lalimentation-et-lagriculture-les-defis-pour-lagriculture/
2, https://www.cbd.int/dsi-gr/2019-2020/submissions/
3, EuropaBio détaille que « les GRSD n’incluent pas et ne peuvent inclure les informations liées ou résultant de l’analyse ou utilisation des GRSD, comme l’assemblement de séquences, annotation de séquences, cartographie génétique, cartographie métabolique, information sur la structure en 3D ».
4, Interview par Inf’OGM.
5, https://www.fondationbiodiversite.fr/wp-content/uploads/2019/11/FRB-Rapport-DSI-2019.pdf