Tracer les nouveaux OGM est possible

Depuis plusieurs années, les entreprises argumentent que la traçabilité de certains nouveaux OGM serait impossible. Pourtant, les techniques de traçabilité existent déjà comme le prouvent leur normalisation en cours par des instances internationales dans d’autres domaines et leur utilisation en routine par les entreprises.

Cet article a été publié dans le journal Inf'OGM.
À ce titre, il est réservé aux abonné-e-s.
S'abonner, c'est recevoir un journal didactique de 28 pages chez vous tous les trois mois.
S'abonner, c'est aussi soutenir une veille citoyenne d'informations indépendantes et critiques sur les OGM et les semences.

1, Inf'OGM, « UE - Nouveaux OGM : un rapport politique... sous camouflage scientifique », Eric MEUNIER, 15 septembre 2017
2, Cf. le le projet de décision du Conseil, disponible également en ligne sur www.consilium.europa.eu/register/en/content/out?&typ=ENTRY&i=ADV&DOC_ID=ST-11347-2019-INIT
3, EuropaBio est une association européenne qui représente les intérêts de l’industrie des biotechnologies. Elle regroupe les acteurs économiques des trois secteurs d’activité principaux de la biotechnologie : l’agriculture, la santé et l’industrie (source Wikipédia)
4, Source Inf’OGM
5, Voir Inf'OGM, « UE : aucun programme pour détecter les nouveaux OGM », Eric MEUNIER, 29 septembre 2017
6, Voir Inf'OGM, « Les effets non intentionnels, objets de controverse », Eric MEUNIER, 22 septembre 2020
7, Voir note 5
8, Voir Molecular Characterization of Mutant Germplasm, A Manual, FAO et AIEA, 2015
9, Compte-rendu de la réunion de l’ENGL du 1er octobre 2019
également en ligne sur http://gmo-crl.jrc.ec.europa.eu/ENGL/docs/ENGL-Plenary-30th.pdf