Union européenne – Nouvelle baisse des surfaces de maïs OGM transgénique

Dans les deux seuls pays européens qui cultivent du maïs transgénique, Espagne et Portugal, les surfaces baissent encore et le taux d’adoption également.

Depuis 2017, sur les 27 États membres de l’Union européenne, seuls deux pays, l’Espagne et le Portugal, cultivent du maïs transgénique, le fameux MON810, un maïs qui produit un insecticide contre la pyrale. C’est d’ailleurs la seule plante transgénique autorisée à la culture sur le sol de l’UE.
« Ces plantes [de maïs MON810] sont récoltées entières avant la maturité complète des grains pour produire du fourrage ou de l’ensilage destiné à l’alimentation animale, ou bien sous forme de grains mûrs utilisés en alimentation animale ou humaine », nous renseigne l’Anses dans une de ses évaluations [1].

Depuis plusieurs années consécutives [2], les surfaces cultivées avec ce maïs transgénique diminuent dans ces deux pays.

En Espagne, la surface est passée de 115 246 hectares en 2018 à 107 127 hectares en 2019 (soit une baisse de 7 %) et au Portugal, elle est passée de 5 733 à 4 718 hectares (-18%).

PNG - 55.4 ko

Moins d’un quart du maïs espagnol est transgénique

Au Portugal, selon Eurostat, la surface globale cultivée en maïs est restée stable pour le maïs grain (83 360 hectares) et a très légèrement diminué pour le maïs ensilage (74 330 et 73 690 hectares) entre 2018 et 2019. En Espagne, en revanche, la surface en maïs a augmenté : pour le maïs ensilage elle est passé de 107 340 hectares à 109 250 hectares et pour le maïs grain de 322 370 hectares à 359 160 hectares. Rappelons que le maïs est une plante exigeante en eau et qu’on la trouve donc plus répandue dans les pays au Nord de l’Espagne (plus de trois millions d’hectares cultivés en France par exemple).

Ainsi, nous pouvons conclure de l’ensemble de ces données que le taux d’adoption du maïs MON810 transgénique a baissé dans les deux pays. La baisse espagnole est relativement importante. Ce taux d’adoption est passé de 26,8 % en 2018 à 22,9 % en 2019.

Les calculs de surfaces semées sont réalisés à partir des volumes vendus de semences. En 2019, le mode de calcul en Espagne semble avoir changé : au lieu de 85 000 semences par hectare (calcul 2018), c’est le chiffre de 95 000 semences par hectare qui a été retenu en 2019. Ce qui, pour une même quantité de semences, diminue les surfaces de près de 12 %. Interrogé sur les raisons de ce nouveau mode de calcul par Inf’OGM, le ministère de l’agriculture espagnol ne nous a pas encore répondu…

Les ministères slovaque, tchèque et roumain nous ont confirmé que, cette année encore, aucun hectare de maïs transgénique n’avait été emblavé.

[22016 pour l’Espagne et 2014 pour le Portugal, voir Inf'OGM, « Qui cultive des OGM et où en produit-on dans le monde ? », Inf’OGM, 15 novembre 2018