Amérique latine : vers la déréglementation des nouveaux OGM

Argentine, Brésil, Chili, Paraguay et Uruguay ont signé une déclaration commune en septembre 2018 pour « éviter les distinctions arbitraires et injustifiables entre les produits agricoles obtenus par « édition de gènes » et ceux obtenus par d’autres méthodes d’amélioration » [1]. Ils s’engagent à pousser vers une harmonisation de la législation régionale et internationale sur « des bases scientifiques » et à éviter les obstacles au commerce de ces produits.

Cet article a été publié dans le journal Inf'OGM.
À ce titre, il est réservé aux abonné-e-s.
S'abonner, c'est recevoir un journal didactique de 24 pages chez vous tous les deux mois.
S'abonner, c'est aussi soutenir une veille citoyenne d'informations indépendantes et critiques sur les OGM et les semences.

[1Declaración de los ministros de agricultura del consejo agropecuario del sur (CAS) sobre técnicas de edición génica, comunicación de Argentina, Comité de Medidas Sanitarias y Fitosanitarias, 15 mars 2019, 2p