Agrocarburants de deuxième génération : kézako ?

Les agrocarburants de 2e génération sont produits à partir de la biomasse ligno-cellulosique, appelée aussi « déchets » : paille, résidus forestiers, cultures dédiées…

À l’IFPEN (Institut Français du Pétrole – Énergies Nouvelles), les équipes de recherche prévoient la mise en marché de ce carburant dès 2021. Sa filiale Axens assurera la commercialisation de la technologie et des catalyseurs (silice + métaux rares, notamment cobalt). Le carburant obtenu sera exempt de produits soufrés et aromatiques et pourra être utilisé dans tous types de moteurs diesel et de turboréacteurs d’avions. Mais il coûtera très cher en énergie.

Pour démontrer la faisabilité de ce processus, un démonstrateur est mis en service près de Dunkerque sur une raffinerie Total, avec un produit élaboré à Venette (Oise), sur un site… du groupe Avril. On peut imaginer que ne seront pas utilisés que des « déchets » forestiers ou co-produits agricoles, car une raffinerie qui utilisera cette technologie recherchera pour des raisons de coût des sources de matériaux abondantes et proches.
Combien de terres agricoles vont ainsi porter des cultures dédiées à cette production d’agro-carburants de 2e génération ? Ne va t-on pas assister encore une fois à une concurrence très déloyale entre une terre nourricière de l’humanité, et une terre accaparée pour des productions industrielles ayant pour seule finalité les réservoirs de nos bagnoles et de nos avions ?