Faucheurs Volontaires : un essai de blé de Limagrain occupé

Le 14 décembre 2017, 70 Faucheurs Volontaires ont décidé de dénoncer l’opacité du quatrième semencier international, le groupe français Limagrain. Ils ont donc pénétré sur une plate-forme d’essais de variétés de blé située à Verneuil-l’Etang, près de Melun. Ils ont ensuite semé du blé issu de semences paysannes et fermières sur une quinzaine d’hectares.

« Cette action de semis volontaire, précisent les Faucheurs Volontaires, doit permettre de lever le voile sur la volonté de Limagrain et de l’industrie semencière de déréguler les variétés issues de nouvelles techniques OGM pour en faire des OGM cachés, et échapper à toute évaluation et étiquetage ».

Les Faucheurs volontaires considèrent que le groupe Limagrain, 4e semencier mondial, est « le grand promoteur des nouvelles biotechnologies OGM (faussement appelées NBT [1]) et exerce un puissant lobby sur les instances politiques et professionnelles françaises et européennes pour obtenir la déréglementation de ces nouveaux OGM (ils seront reconnus comme non OGM), afin qu’ils restent cachés dans nos champs et dans nos assiettes ».

Aucune évaluation pour les nouveaux OGM ?

Si ces nouveaux OGM venaient à être exclus de la réglementation OGM, alors ils ne seront plus soumis à aucune évaluation, ni traçabilité et étiquetage. Les Faucheurs soulignent que c’est pour les semenciers « le moyen de tirer le meilleur profit de ces variétés manipulées et des brevets qui vont avec ».

Les Faucheurs ont prévenu les responsables de la plateforme et sont prêts à remettre en main propre la liste des personnes ayant participé à l’action. À 15h, les Faucheurs n’avaient encore rencontré aucun responsable de Limagrain ni aucun gendarme. L’action se déroule donc dans le calme... et dans le vent.

[1NDLR : Pour New Breeding Techniques, ou Nouvelles techniques de sélection des plantes