Corée du Sud – Du blé GM détecté juste à temps

La Corée du Sud pratique une politique stricte de détection des OGM aux frontières. Récemment, du blé génétiquement modifié, nulle part autorisé à la commercialisation, a été retrouvé dans une cargaison en provenance d’Argentine, a annoncé le ministère coréen de l’Agriculture, le 26 juillet 2016. Ce blé GM a été refusé par ce pays.

Le 12 juillet, du blé génétiquement modifié (GM) a été retrouvé dans une cargaison en provenance d’Argentine, a annoncé fin juillet le ministère de l’Agriculture [1].
La Corée du Sud pratique une politique stricte de détection des OGM aux frontières. A ce titre, une cargaison de 72 450 tonnes de blé en provenance d’Argentine a été analysée et les autorités y ont découvert une variété de blé transgénique, alors qu’aucun blé GM n’est autorisé à la commercialisation dans le monde. Ce blé, identifié comme étant tolérant au Roundup (MON71800), est proche de celui qui a été retrouvé récemment dans l’état de Washington (États-Unis) [2]. Ce blé GM a été refusé.
Le ministère coréen a précisé qu’il continuerait à contrôler les importations de produits agricoles et alimentaire. L’Argentine n’a pas autorisé ce blé GM à la culture.

La cargaison du navire Antonis (qui navigue sous le pavillon des Îles Marshall), chargée dans les ports de San Lorenzo et Bahia Blanca en Argentine en mai, était acheminée par l’entreprise néerlandaise de commerce de grains, Nidera. L’importateur coréen était l’entreprise Nonghyup Feed Inc [3].

Blé : une forte dépendance

La Corée a importé 910 946 tonnes de blé en juin 2016 dont 396 900 tonnes en provenance d’Argentine. En 2013, la Corée était, à l’échelle internationale, le 7e importateur de blé. Pour réduire sa dépendance, la Corée du Sud a passé en 2008 un accord avec le Soudan, « qui lui donnera accès à 690 000 hectares de terres cultivables qui seront réservées à la culture du blé » [4]. Il semblerait que cela ne soit pas suffisant...