BURKINA-FASO - Premiers essais de coton Bt

Au Burkina-Faso, le coton représente 60% des récoltes, c’est pourquoi ce pays est très en pointe dans l’offensive des pays africains producteurs contre les subventions agricoles américaines. Le gouvernement a autorisé la mise en culture des premiers essais de coton transgénique Bt sur deux stations de l’Institut national de l’environnement et de recherche agricole (INERA) à Farako-ba (sud-ouest) et Fada (est). Cette décision ne fait pourtant pas l’unanimité : selon le syndicat de l’Union nationale des producteurs de coton du Burkina (UNPCB), qui défend les intérêts des 2,5 millions de producteurs du pays : « Le coton est utilisé pour s’habiller, mais ses graines se consomment. Les OGM, on nous répète à l’envi que c’est bien pour la rentabilité : n’empêche qu’il y a un large champ d’incertitudes. On doit appliquer le principe de précaution ». Cependant, avant d’en généraliser la production, le Burkina doit encore financer les études en laboratoire sur l’acclimatation du coton Bt. Et rassurer sur des questions cruciales en suspens : quel est le risque encouru sur des cultures vivrières associées à la culture du coton ? Par ailleurs, comme le rappelle Darry Macer, professeur à l’Université de Tsukuba (Japon), les Africains ne doivent pas oublier que « leur secteur agricole emploie 80 % de la population active » et que « les cultures transgéniques, qui nécessitent moins de main d’œuvre, risquent de perturber l’équilibre socio-économique de ces pays ».

www.humanite.presse.fr/journal/2003-07-29/