Inf'OGM n°31 - Mai 2002

Inf'OGM le journal est un bimestriel de 32 pages qui vous informe sur l'actualité des OGM et des semences de façon critique et contextualisée.

Soutenez une information indépendante,
abonnez-vous.

Consommation & Economie

Législation

Recherche et environnement

Actions citoyennes

Inf’OGM m’offre une tribune pour expliquer pourquoi je tente de lancer, sur le marché francophone, une revue bimestrielle de vulgarisation : "la revue durable”.

L’occasion est belle de dire quelques mots sur ce projet. Et de porter un regard sur Inf’OGM. Inf’OGM accomplit un travail de surveillance et d’analyse critique des OGM. Cet engagement est d’autant plus salutaire qu’une majorité de consommateurs rejette cette option technologique dans le domaine agroalimentaire pour des raisons légitimes. Et de fait, en s’appuyant sur le bulletin pour rédiger des papiers ou pour constituer des dossiers et mener des campagnes, les médias et le tissu associatif reconnaissent la valeur de ce travail. Les efforts d’Inf’OGM nourrissent aussi la discussion sur les OGM dans des contextes délibératifs formels. En début d’an-née, par exemple, Inf’OGM s’est impliquée dans le débat que les pouvoirs publics ont orchestré sur les OGM en France. L’association est d’ailleurs née dans le sillage de l’initiative suisse pour la protection génétique (mai 1998) et de la conférence de citoyens française sur les OGM (juin 1998).

Mais tout comme l’analyse critique, la délibération "citoyenne" ne vivifie la démocratie que si elle ouvre la porte à d’autres solutions. En fait, la critique et la délibération ne forment qu’une seule face de la médaille. La deuxième face est celle de l’alternative : peut-on se passer des OGM ? Avec quelles méthodes ou pratiques à la place ? Et si ces solutions existent, comment les connaître ? Un tiers des lecteurs d’Inf’OGM qui ont répondu au questionnaire d’évaluation du bulletin (160 personnes sur 3000 abonnés) veulent connaître des "alternatives agricoles" aux OGM. L’appel existe. Et il est fondé.

La revue durable a précisément pour objet de répondre à cet appel dans tous les domaines : dans les secteurs de l’agriculture et de l’alimentation, mais aussi dans ceux de l’énergie, du transport, de la ville, de la santé, de l’éducation, etc. Son but est de proposer des solutions concrètes et réalistes qui répondent au défi de la durabili-té, tout en se démarquant des options qui dominent et suscitent un rejet de la population ou soumettent l’avenir à très rude épreuve.