Inf'OGM le journal est un trimestriel de 28 pages qui vous informe sur l'actualité des OGM et des semences de façon critique et contextualisée.

Soutenez une information indépendante,
abonnez-vous.

Édito - 2021 : de nouveaux défis pour Inf’OGM

Si la crise actuelle, dite sanitaire, est d’origine environnementale, elle comporte incontestablement des facteurs humains aggravants . Cette crise interroge l’économie mais aussi le monde scientifique, et notamment le domaine de la génétique, à deux titres : celui de l’origine du virus et celui de l’élaboration des vaccins et médicaments. En effet, l’étude des génomes des virus et de leur histoire évolutive renseigne sur leur origine, exclusivement naturelle ou non. De plus, de nouveaux vaccins issus (...)

Numériser le vivant pour mieux le privatiser

Depuis la convention sur la diversité biologique (1992), les « ressources génétiques » sont sous la souveraineté des États. Lors de la signature de cette convention, les pays pauvres avaient fait un calcul simple : « certes, nous avons peu d’industries, mais nous avons un "or vert" : notre biodiversité ». Différents textes internationaux ont garanti par la suite l’exploitation de ces richesses dans le cadre d’un accord préalable du pays (ou de la communauté) concerné(e) et un partage des avantages résultant de cette exploitation.
Dans le domaine agricole, une partie des « ressources génétiques  » (que nous tenterons de définir ici) est stockée, sous forme d’échantillons physiques, dans des « banques de ressources » (on se souvient par exemple du stockage des semences du monde entier dans l’île norvégienne du Spitzberg). Mais pour gagner de la place, accélérer et faciliter des échanges, le génome et autres informations concernant ces ressources sont numérisées et stockées dans des bases de données, souvent en libre accès. Du coup, il est tentant pour les chercheurs et semenciers d’aller piocher dans ces bases de données pour récupérer des informations, sans forcément l’accord des pays dont est issue la ressource ni a fortiori un quelconque partage d’éventuels bénéfices (voir ici).
Pourquoi cette numérisation ? Que dit la législation internationale [1] ? Qu’en pensent les acteurs [2] ? Y a-t-il un risque réel qu’avec la numérisation, la souveraineté des États sur leurs richesses biologiques perde toute signification [3] ? Peut-on imaginer une gouvernance de ces données numérisées sans perdants [4] ?
C’est à ces questions que tente de répondre notre dossier spécial sur la numérisation des ressources génétiques.

Des chercheurs néo-zélandais, d’un Centre de recherches en agriculture à Hamilton, ont réussi à rendre les tâches noires des vaches Holstein plus claires par manipulation génétique.

Du nucléaire aux grands projets inutiles d’aménagement, en passant par les usines Seveso, Simon Charbonneau, juriste et Professeur honoraire de Droit à l’Université de Bordeaux, a été de tous les combats. Dans cet interview (rare) qu’il a accordé à Inf’OGM, il témoigne de son engagement via notamment sa « guérilla contentieuse  » contre le «  totalitarisme techno-scientifique  ». Belle réflexion sur la place du droit dans la défense de la Nature...

Quid de l’information scientifique qui arrive aux citoyens curieux ? Quelle crédibilité accorder à une information scientifique lue dans telle ou telle revue ? Sera-t-elle la même à quelques nuances près ou trouvera-t-on carrément des informations complètement opposées selon le titre et l’orientation du support qui la publie ? Le comble, pour des informations « scientifiques » !