n°150, mai / juin 2018

Inf'OGM le journal est un bimestriel de 32 pages qui vous informe sur l'actualité des OGM et des semences de façon critique et contextualisée.

Soutenez une information indépendante,
abonnez-vous.

Édito - Secret des affaires : baillons pour les militants ?

Que serait le débat sur les OGM sans les lanceurs et les lanceuses d’alerte ? Les syndicalistes et militants qui ont affronté les gaz lacrymo et les tribunaux, les scientifiques qui ont dénoncé la mascarade de l’évaluation, les journalistes qui ont mis en exergue les conflits d’intérêt, toutes ces personnes ont permis que ce qui devait se faire en catimini soit exposé sur la place publique.
Or, la loi actuellement au Parlement qui traite du secret des affaires pourrait faire que ceci ne soit plus (...)

Dossier : OGM : promesses environnementales non tenues

Ce dossier montre les impacts environnementaux avérés des plantes transgéniques. Ce qui n’empêche pas les entreprises de continuer à promettre que leurs nouvelles innovations régleront les problèmes posés par les précédentes : la transgenèse au secours de la chimie, le dicamba au secours du glyphosate…

Consulter les citoyens sur les choix scientifiques et techniques ? Même si certains sont radicalement contre - considérant qu’un citoyen lambda ignare sur le sujet n’a pas son mot à dire - l’idée est le plus souvent admise, mais les modalités de consultation font débat : concertation, débat public, référendum ? L’association Sciences citoyennes, par la voix, entre autres, de Jacques Testart, son président d’honneur, expose sa solution : la convention de citoyens [1].

Le texte de Jacques Testart sur les conventions de citoyens [2] a fait réagir Hervé Le Meur [3]. Il explique ici pourquoi, selon lui, la convention de citoyens ne remet pas la science à sa juste place.

Le glyphosate a été ré-autorisé dans l’Union européenne pour cinq ans fin 2017, malgré les vagues de protestations d’experts et de citoyens. Générations Futures, ONG qui lutte contre les pesticides, nous explique comment l’industrie influence la réglementation et les autorisations de mise sur le marché. Quel rapport avec les OGM ? 88 % des plantes transgéniques sont conçues pour tolérer un herbicide...

L’ONG Générations Futures lutte contre les pesticides. Elle répond à nos questions, notamment sur les herbicides que tolèrent 88 % des plantes transgéniques ainsi que beaucoup des nouveaux OGM. 

À la question, « la sociologie est-elle un sport de combat ? », on peut assurément répondre oui après avoir lu cet ouvrage. Ce texte de Sara Angeli Aguiton, docteure en sociologie, peut se lire comme un thriller où vous croiserez des chercheurs, des sociologues, des philosophes, des institutions étasuniennes et françaises mais aussi des agents spéciaux du FBI, de dynamiques équipes étudiant.e.s du concours IGEM (compétition internationale de biologie de synthèse organisée chaque année à Boston) et même des Biohackers de la Paillasse à Paris...

Dans cet ouvrage dense, Nicole Pignier, sémioticienne, nous invite à une réflexion sur les différentes pratiques agricoles : certaines désignent (au sens de dessin et de dessein) avec le vivant, d’autres indifféremment du vivant, et certaines « à rebours du vivant ».

Aux États-Unis, l’équipe de Pablo Ross (Université de California) a créé des moutons contenant des cellules humaines. Objectif de l’opération : que ces chimères deviennent une source d’organes humains en vue de transplantations. Il s’agit non seulement de pallier la pénurie des dons d’organes, mais aussi et surtout d’adapter génétiquement les organes au receveur et ainsi d’éviter les rejets. Cette équipe avait déjà modifié génétiquement des porcs. In fine, ces derniers contenaient en théorie une cellule humaine sur 100 000.

Juillet 2017 : le gouvernement français organise les États généraux de l’alimentation (EGAlim). S’il est toujours louable, en théorie, d’impliquer les acteurs, la façon de s’y prendre conditionne à la fois l’intention et les résultats de telles consultations.