n°147, novembre / décembre 2017

Inf'OGM le journal est un bimestriel de 32 pages qui vous informe sur l'actualité des OGM et des semences de façon critique et contextualisée.

Soutenez une information indépendante,
abonnez-vous.

Edito - Glyphosate : bientôt banni de l’Union européenne ?

La cacophonie ministérielle sur l’interdiction du glyphosate prêterait à rire si le sujet n’était pas aussi grave.
Christophe Castaner, porte-parole du gouvernement, a déclaré le 25 septembre que le glyphosate serait « interdit en France d’ici à la fin du quinquennat » pour tous les usages, y compris agricoles, avant de se dédire et de déclarer qu’ « avant la fin du quinquennat, le gouvernement s’engage à obtenir des progrès significatifs pour tous les pesticides (…). L’objectif est qu’on puisse trouver (...)

Dossier - OGM : soigner à tout prix ?

Sur le dossier des OGM, il existe un sujet pour lequel nous pourrions parler de « non-controverse » : il s’agit de la recherche médicale. En son nom, micro-organismes, plantes et animaux sont génétiquement modifiés, en milieu confiné ou même en plein champ, des thérapies géniques ou des modifications d’embryons humains sont expérimentés, et ces recherches sont rarement questionnées.

Association de solidarité internationale, BEDE (Biodiversité : Échange et Diffusion d’Expériences) contribue depuis 1994 à la protection et à la promotion des agricultures paysannes. Zoom sur les collaborations et actions en Afrique de l’Ouest.

En 2016, une première enquête d’Inf’OGM avait montré que certains produits alimentaires importés des États-Unis, donc fortement susceptibles de contenir des OGM, étaient commercialisés en France sans étiquetage indiquant la présence d’OGM. Afin de pouvoir établir, preuves biochimiques à l’appui, le respect ou non des règles d’étiquetage, Inf’OGM a fait analyser certains de ces produits pour identifier et quantifier la présence d’OGM transgéniques. Résultats*.

Les agriculteurs et transformateurs bio mettent en place différentes stratégies pour arriver à éviter au maximum toutes contaminations par des OGM. Ces démarches individuelles doivent être appuyées par des politiques nationales et européennes. Tour d’horizon des pratiques et du souhaitable, par deux structures qui représentent le secteur bio au niveau français (la Fnab) et européen (IFOAM EU).

Un nouveau site est né : Justice Pesticides. Son but : en finir, au niveau planétaire, avec les pesticides, et indemniser les victimes. Arnaud Apoteker, consultant, ex-salarié de Greenpeace, ex-responsable de la mise en place du Tribunal Monsanto, et par ailleurs administrateur d’Inf’OGM, est chargé du développement de ce site. Interview.

La majeure partie des paysans du monde occidental (en gros, les pays de l’OCDE) utilise des semences issues des entreprises semencières. Mais les paysans des pays dits du « Sud », eux, conservent, sélectionnent et cultivent encore majoritairement les semences de leurs propres variétés.

La (bonne) cuisine a le vent en poupe. Notamment quand les légumes sont issus de semences paysannes [1].