Recherchez une information

ou par mot clé.


Inf'OGM n°144, mars / avril 2017

Inf'OGM le journal est un bimestriel de 32 pages qui vous informe sur l'actualité des OGM et des semences de façon critique et contextualisée.

Soutenez une information indépendante, abonnez-vous.

Édito - Une information pour que la société civile décide

Le 23 mars, à Paris, Inf’OGM tiendra son Assemblée Générale à laquelle vous êtes tous les bienvenus. Comme pour toute association, c’est un moment fort : un temps d’échange et de rencontre mais aussi l’occasion de faire le bilan et de se remettre en question... afin de continuer à revendiquer un autre aspect de notre structure.
Car au-delà de notre mission d’information, Inf’OGM, c’est aussi « un laboratoire social » : égalité, transversalité, décisions à l’unanimité (ou au consensus), absence de (...)

Dossier : Biopiraterie, comment s’en sortir ?

Décembre 2016, Cancun (Mexique). Lors de la COP13 (p.17), cinq « prix du Capitaine Crochet (Captain Hook Award) » ont été remis à des lauréats qui s’en seraient bien passés. Il s’agissait de dénoncer la biopiraterie, vol de savoirs et de ressources de populations autochtones, par des entreprises, gouvernements, projets internationaux... Parmi ces lauréats, l’entreprise française de cosmétiques Clarins, mais aussi le projet international DivSeek, banque informatique de gènes, ou encore l’entreprise (...)

Mobilisation - Contre le glyphosate ? Signez par milliers !

Une Initiative Citoyenne Européenne (ICE) pour dire stop au glyphosate vient de voir le jour en ce début d’année 2017. Mais qu’est ce qu’une ICE et comment la mobilisation citoyenne pourrait modifier la législation européenne en matière d’autorisation des pesticides ?
L’initiative citoyenne européenne est un outil de démocratie participative mis à disposition des citoyens européens qui souhaitent soumettre à la Commission européenne des propositions législatives. Les conditions ? Réunir en moins d’un an (...)

Etat des lieux - OGM : la bataille des mots

Dans la « bataille » des OGM, le choix des mots et la désignation des objets techniques est un enjeu pour l’ensemble des acteurs, favorables ou opposés aux manipulations génétiques. L’agro-industrie ne veut pas que les produits issus des nouvelles techniques d’intervention sur le génome soient nommés « OGM ». De nouveaux vocables apparaissent, « on » parle d’édition de gène, d’OGE (Organisme Génétiquement Édité), de forçage génétique, etc.
Cet article a été publié dans le journal Inf'OGM. À ce titre, il est (...)

Fiche pratique - Le renvoi préjudiciel, comment ça marche ?

Plusieurs organisations de la société civile française sont mobilisées contre le développement des variétés rendues tolérantes aux herbicides (VrTH) qui sont pour la plupart des OGM cachés obtenus par mutagenèse. Ces organisations ont introduit en mars 2015 un recours devant le Conseil d’État français pour dénoncer l’inaction du gouvernement en la matière. Face à des doutes quant à l’interprétation du droit de l’UE en matière d’OGM et à sa validité au regard du principe de précaution, le Conseil d’État a (...)

Entretien - Le transhumanisme ou la fin de l’espèce humaine ?

Ceux qui écrivent sous le nom de Pièces et main d’œuvre (PMO) se reconnaissent comme des « chimpanzés du futur ». Ils enquêtent depuis les années 2000 sur le capitalisme à l’ère technologique, la technocratie et le transhumanisme. Ils nous livrent ici leur vision du futur probable... pour mieux le combattre.
Cet article a été publié dans le journal Inf'OGM. À ce titre, il est réservé aux abonné-e-s.
S'abonner, c'est recevoir un journal didactique de 32 pages chez vous tous les deux mois. S'abonner, c'est (...)

Lire et voir - Les voleurs de maca

Au Pérou, les ressources végétales sont strictement interdites d’exportation si elles ne sont pas transformées. Pourtant, la quasi totalité des récoltes 2013 et 2014 de maca, un tubercule réputé pour certaines vertus thérapeutiques, a été illégalement achetée aux producteurs par des négociants chinois pour que la Chine produise elle-même cette plante sur laquelle elle a déposé une dizaine de brevets pour la modifier génétiquement. Et la Chine produit aujourd’hui trois fois plus de maca que le Pérou... sans (...)

Lire et voir - La bible de la biopiraterie

En 1992, les ressources génétiques, dont la plupart se trouvent dans les pays en développement, quittent le patrimoine commun de l’humanité et entrent dans le giron des souverainetés nationales. Désormais, les entreprises ne peuvent plus y avoir libre accès sans avoir à redistribuer une partie des bénéfices qu’elles peuvent en tirer. Posés par la Convention sur la diversité biologique (CDB), ces principes constituent la base sur laquelle un partage équitable des avantages issus de la biodiversité et des (...)