n°142, novembre / décembre 2016

Inf'OGM le journal est un bimestriel de 32 pages qui vous informe sur l'actualité des OGM et des semences de façon critique et contextualisée.

Soutenez une information indépendante,
abonnez-vous.

Si ces articles vous intéressent, le journal est également disponible à l’unité sur notre boutique.

Ceta : le nouvel avatar de la libéralisation du commerce

Fin des années 1990, des négociations secrètes avaient eu lieu au sein de l’OCDE pour conclure un Accord multilatéral sur l’investissement (AMI). Ce projet, qui visait à libéraliser encore plus les échanges commerciaux, a été repoussé par des protestations citoyennes massives… après avoir été révélé au public. Mais le multilatéralisme est aujourd’hui dépassé par la multiplication des accords commerciaux régionaux. Au niveau de l’Union européenne, plusieurs accords de libre-échange sont en phase de négociation ou (...)

Semences dans la tourmente

Pour qu’ils se déplacent, une des stratégies de guerre consiste à affamer les hommes en détruisant leurs semences.
De même, lorsque les catastrophes naturelles s’abattent, les semences sont détruites, disparaissent dans des tremblements de terre, s’envolent dans des ouragans. Ainsi, lorsque les conflits armés s’arrêtent, lorsque les éléments cessent de se déchaîner, ces semences se trouvent au cœur de programmes de reconstruction, et deviennent un enjeu politique : des dispositifs techniques révèlent alors des stratégies de contrôle des populations et de mainmise sur le vivant.
En France les agriculteurs sont les témoins de la transformation du modèle agricole suite au plan Marshall. Au lendemain de la seconde guerre mondiale, le secteur agricole a lourdement payé « l’aide » internationale à travers une ouverture du marché imposant certains produits, et surtout certaines techniques.
A travers ce dossier, nous souhaitons explorer le rôle des semences, dans la vie et la survie, le contrôle et la destruction, interrogeant avec vous le fait que si une résistance mondiale est en train de s’organiser autour de la semence, c’est peut-être bien qu’en temps de guerre, comme en temps de paix, ce patrimoine commun est aujourd’hui menacé.

Un tribunal symbolique contre Monsanto s’est tenu à La Haye (Pays-Bas) du 14 au 16 octobre 2016. Objectifs : répondre aux questions de la responsabilité légale des entreprises et des États dans la dégradation de l’environnement planétaire au vu du droit international existant ; et convaincre de la nécessité d’introduire la notion de crime d’écocide dans le droit international.

Depuis janvier 2016, plusieurs chercheurs et leurs instituts sont engagés dans un procès pour savoir qui possède la propriété industrielle sur un outil de modification génétique, les fameux « ciseaux à ADN » Crispr/Cas9. Comment cette recherche fondamentale collective va aboutir à une propriété privée ? C’est la loi injuste des brevets. Le point sur les acteurs en présence.

Le purin d’ortie est un allié ancestral du paysan, du jardinier... et des plantes. Il a une action insectifuge et fongicide en préventif, stimule la croissance des plantes, renforce leur système immunitaire et leur permet de mieux assimiler les éléments du sol. Cette fiche pratique nous décrit comment le préparer et l’appliquer.

Si de nombreux produits chimiques phytosanitaires sont homologués en France, au grand profit de leurs fabricants, il est moins aisé d’homologuer des produits naturels pourtant qualifiés de... peu préoccupants ! Dans cet entretien, Jean François Lyphout, président d’Aspro-PNPP, nous en explique les raisons.

Si penser la vie quand on survit semble extrêmement difficile, Teodor Ceric, poète et étudiant à Sarajevo en 1992 au moment où la guerre éclate en Serbie, nous montre dans son livre comment le jardin rend possible d’imaginer et construire d’autres lendemains. Il décrit, dans un texte qui relate un exil de sept ans, différents jardins, lieux d’évasion, qui le transportent dans des ailleurs. Qu’il s’agisse de ses passages en Seine-et-Marne, à Londres, ou de ses souvenirs, il partage avec générosité la dimension existentielle qu’il perçoit dans le jardin à travers le lien particulier qu’il entretient avec ces espaces.
"Oui, je me dis - et la mer de plomb me regardait muette, sans contredire ni approuver - cela vaut toujours la peine de planter un jardin. Si nous n’avons plus que peu de temps, si le monde autour de nous vacille et que la mort, sous toutes ses formes, avance, il ne nous reste qu’à faire d’un coin de terre, peu importe lequel, un endroit accueillant, un lieu pour plus de vie".
À travers ces mots, c’est un enseignement que le lecteur reçoit d’un homme qui a su se nourrir de paysages et rendre hommage à la force vitale des plantes qu’il oppose à la force destructrice de la guerre.

À travers ce titre, plusieurs questions possibles : les graines seraient-elles en guerre ? Ou une guerre aurait-elle lieu pour les graines ?
Le film s’ouvre par une phrase d’introduction à la fois percutante et saisissante : « L’histoire que nous allons vous raconter est celle d’une guerre inconnue mais qui nous menace tous, la guerre des graines  ».
Stenka Quillet et Clément Montfort, journalistes, ont parcouru des centaines de kilomètres pour nous raconter cette guerre silencieuse dont l’enjeu crucial pourrait être, à terme, la privatisation intégrale des semences agricoles. Le documentaire nous fait rencontrer des paysans français à le recherche d’alternatives aux graines de l’industrie ; nous emmène dans les couloirs du Parlement à Bruxelles, théâtre de nombreux épisodes décisifs du débat et nous fait passer les portes de la plus grande usine de graines de Monsanto en Europe. Il nous fait enfin voyager jusqu’au cercle polaire, pour découvrir le glaçant Svalbard, congélateur démesuré dont l’objectif est de conserver un double de la biodiversité végétale de planète, le tout financé en partie par quelques grandes compagnies agro-alimentaires (voir leur article).
Au cœur de chacune de ces rencontres : l’interdépendance entre l’homme et les semences. Le film prend une réelle dimension politique en dénonçant le risque de rupture de cet équilibre fragile. Car derrière les graines, il existe des enjeux globaux : l’alimentation de la population mondiale, le choix d’un modèle agricole durable ou la défense de la biodiversité.

La xénotransplantation consiste à faire produire par une espèce animale, ici des cochons, des cellules, tissus ou organes qui seront transplantés à une autre espèce animale.

Bayer veut racheter Monsanto. Ces deux entreprises sont nées à la fin du XIXe siècle et ont fait fortune dans la chimie à visée humaine, agricole ou militaire.
Ces entreprises se sont intéressées assez tardivement à la semence. La division « semence » de Monsanto a été créée en 1960 et c’est en devenant Bayer Crop-Science en 2002 que l’industriel allemand prend une place importante dans le concert des semences industrielles. Nous n’avons pas pu mentionner dans cette infographie l’ensemble des achats et des fusions et nous avons donc privilégié celles en lien avec l’agriculture, sans pouvoir en garantir l’exhaustivité. Ainsi, la tentative de Monsanto de réunir sous sa coupe les secteurs de la chimie, de la pharmacie, des pesticides et des semences (sous le nom de Pharmacia) dans les années 2000 ne ressort pas de ce schéma.
Ce qui nous paraît intéressant à montrer, c’est que Monsanto et Bayer ont réussi à s’approprier des entreprises semencières anciennes, géographiquement diverses et ayant des spécialités très variées. En achetant Séminis, par exemple, Monsanto a mis la main sur des milliers de variétés de légumes. Les sommes en jeu sont aussi tout à fait considérables.