Recherche & Environnement

Des scientifiques de l’unité de recherche nationale sur le pollen de l’Université de Worcester ont trouvé du pollen de colza génétiquement modifié dans des ruches situées à 4,5 km du site d’expérimentation de Pirton, alors que la réglementation anglaise institue une barrière de protection de seulement 200 m autour des champs expérimentaux.

Equivalence substantielle : Suite à l’article d’Erik Millstone et ses collègues paru dans Nature, article qui remettait profondément en cause le concept d’équivalence substantielle, l’OCDE a répondu que celui-ci comportait un certain nombre d’hypothèses fausses et qu’ainsi sa conclusion ne pouvait être juste. L’OCDE a aussi tenu à préciser que l’équivalence substantielle ne pouvait pas, en tant que telle, se substituer à une évaluation sur la sécurité : “c’est plus un principe général, un outil au service de ceux qui sont chargés d’une telle évaluation”.
— - d’après un courriél du 8 octobre 1999 de Angela Howard, angela.howard chez oecd.org.

Canada : Deux cents experts du ministère de la Santé en matière de qualité et d’innocuité des aliments ont envoyé une lettre à leur ministre Allan Rock, qui a été rendue publique au cours d’une conférence de presse de la Coalition canadienne pour la Santé, dans laquelle ils évoquent plusieurs dangers en rapport avec l’inspection des aliments. Suite aux déclarations de Rock affirmant que "chacun des produits trangéniques approuvés pour la consommation humaine a été testé par les scientifiques de Santé Canada", un des signataires s’insurge puisque pour lui "aucun chercheur de Santé Canada n’est affecté aux aliments transgéniques, parce que le financement pour une telle recherche n’existe pas". Enfin, les signataires signalent aussi que l’agence canadienne d’inspection des aliments se trouve en situation de "conflit d’intérêts", puisqu’elle doit, d’une part, s’assurer de l’innocuité des aliments et, d’autre part, encourager la production d’aliments et les exportations.
— - Le Soleil, 19 octobre 1999, http://www.lesoleil.com

Génome Humain : J. Craig Venter, PDG de Celera Genomics, vient d’annoncer qu’il a déposé des brevets provisoires pour 6500 gènes humains. Il avait promis, l’an dernier, devant le Congrès de ne breveter que 100 à 300 gènes. Certains chercheurs pensent aussi que la possession d’une majorité du génome par une entreprise freinera la recherche et la découverte de nouveaux médicaments en limitant l’accès aux gènes. D’après le Washington Post, du fait de cette course au brevetage des gènes, la totalité du génome humain serait séquencée l’année prochaine, soit cinq ans en avance par rapport aux demandes du Congrès.
— - Ambassade de France de Washington, Mission Scientifique et Technologique (www.france-science.org), le 26 octobre 1999

Transfert de gènes : Le Centre John Innes et le laboratoire Sainsbury estiment, selon des recherches menées par R. Noad, R. Villiana, D. Turner, K. Moffat et S. Covey , que le virus de la mosaïque du chou-fleur (Cauliflower mosaic virus, CaMV), couramment utilisé comme vecteur lors de transferts de gènes dans les plantes transgéniques, peut échanger des séquences avec le virus HIV. Si les deux virus se rencontrent dans la nature, ils peuvent se combiner pour donner naissance à des virus chimériques avec des propriétés potentiellement dévastatrices. Et l’argument qui consiste à dire que le CaMV est rapidement détruit et éliminé par la digestion des mammifères n’a pas été totalement vérifié en laboratoire. Cet article a été critiqué par certains chercheurs du forum transgénèse qui estiment que ces conclusions sont alarmistes.
— - GENETWORK, clarewatson chez finet.ie et JB Morel, jbmorel chez versailles.inra.fr

Round Up : Les Amis de la Terre ont eu accès à un document de l’Union Européenne non officiellement publié qui mettait en garde contre les menaces de cet herbicide sur les éco-systèmes. Ils ont alors demandé le 12 octobre un moratoire européen sur l’herbicide le plus vendu dans le monde : le Round Up, herbicide à base de glyphosate. Monsanto a aussi créé des plantes transgéniques faites pour résister au Round Up et qu’il vend en lien avec l’herbicide.
--- The Guardian, 13 octobre 1999

Afrique : "Quel est l’impact du développement rapide des biotechnologies sur le système écologique et socio-économique africain ?", tel est l’un des points focaux d’une étude conduite pendant un mois par le Centre africain pour l’étude des technologies (African Centre for Technology Studies). Son directeur, John Mugabe, a déclaré : "L’Afrique est déjà engagée dans la révolution technologique. Nous n’allons pas débattre pour savoir si le continent doit ou non s’engager dans une telle révolution, mais quelles politiques et institutions spécifiques sont nécessaires aux Africains pour maximiser les bénéfices et minimiser les risques liés aux biotechnologies". Cette étude devrait permettre à des experts gouvernementaux de Tanzanie, d’Ouganda, d’Ethiopie et du Kenya d’élargir leur aptitude à participer efficacement aux négociations sur le Protocole de Biosécurité.
— - AgBiotecNet, octobre 1999

Le premier riz transgénique est prêt pour une production à large échelle, a informé l’Institut Chinois de Recherche sur le Riz. Des expérimentations ont été faites dans la province du Zhejiang. Ce riz possède un gène de résistance à un herbicide.
— - Reuters, 8 octobre 1999