Inf'OGM Recherche & Environnement

RIZ TRANSGENIQUE - L’équipe du Professeur Jo Chiba (Université des Sciences de Tokyo) a créé une variété de riz transgénique capable de synthétiser les immunoglobulines contre le virus de l’hépatite B. Jusqu’à présent, ces molécules étaient obtenues à partir d’échantillons sanguins de personnes qui avaient été infectées dans le passé.
Par ailleurs, la société Sanwa Kagaku Kenkyusho, filiale du groupe pharmaceutique Suzuken, va s’allier avec le National Institute of Agrobiological Resources et Nippon Paper Industries pour développer une variété de riz génétiquement modifié afin de produire de l’insuline. Une fois le projet achevé (vers 2005), Sanwa Kagaku devra conduire les tests de sûreté environnementale et alimentaire pendant 2 à 3 ans avant de le commercialiser.
The Nikkei Industrial Daily, 2 janvier 2001
Japan Agrinfo Newsletter, Vol.18, No. 5, Janvier 2001

COTON TRANSGENIQUE - Une étude publiée dans le Journal of Cotton Science démontre que les cotons transgéniques (soit produisant un insecticide contre le Heliothis virescens F, soit tolérant le glyphosate, soit possédant les deux traits) sont moins résistants au nématode, Meloidogyne incognita que le coton conventionnel.
The Journal of Cotton Science n°4, pages 232-236 (2000)
http://www.jcotsci.org/2000/issue04/html/page232.html

Selon les experts du Conseil National Américain du Coton (National Cotton Council of America - NCCA), l’Helicoverpa armigera, un parasite du cotonnier, a développé des résistances au Bt dans deux provinces de Chine (Yauggu et Xiuxiang), que ce soit au Bt en tant que tel ou au Bt exprimé par du coton transgénique. Pour le NCCA, “le risque de développement d’une résistance au coton Bt est probablement plus grande que pour le pesticide Bt du fait de l’expression continue de cette toxine par tous les tissus de la plante”.
http://www.ncga.com/11biotechnology/insectMgmtPlan/FIG1A.htm

BLE TRANSGENIQUE - L’Université de l’Oregon (USA) est sur le point de signer un accord avec Monsanto pour la production d’un blé RoundUp Ready. Le blé est la culture principale de cet Etat qui exporte 85% de sa production. Cette université emploie 90 scientifiques en lien avec le Center for Gene Research and Biotechnology, et qui leur octroie un budget de 50 millions de dollars pour financer des recherches en génie génétique. Et 5 à 10% des chercheurs sont spécialisés sur la production de plantes transgéniques.
Par ailleurs, Ed Souza, qui travaille à l’Université de l’Idaho, a également signé un accord avec Monsanto pour développer du blé transgénique.
The Oregonian, 11décembre 2000

Une vingtaine de scientifiques américains ont rédigé un article dans Science pour mettre en garde contre l’absence d’étude sur les impacts à long terme des OGM. Ils affirment aussi que ni les risques, ni les avantages de ces OGM ne sont sûrs ou universels, que la capacité à prédire les impacts écologiques est limitée, que des risques non encore identifiés peuvent apparaître en fonction de l’ampleur de la dissémination des OGM, que la pollinisation croisée n’a pas été étudiée suffisamment et que des expériences conçues avec précaution sont nécessaires pour comprendre les effets des plantes transgéniques sur l’utilisation de produits agro-chimiques.
A review of the environmental risks and benefits of GM crops, Science , vol.290 et Communiqué de Friends of the Earth, 15 décembre 2000

CANADA - Depuis trois ans, des épinettes transgéniques poussent à côté de la réserve faunique des Laurentides (Québec). Ces arbres, propriété du Service canadien des forêts (SCF), sont manipulés pour produire la toxine du Bacillus thuringiensis. En signe de protestation, un groupe écologiste, SOS Gaïa, a remis des semences de chanvre à Domtar, société de production de papier. Le chanvre produit trois fois plus de fibres naturelles que les résineux et éviterait les coupes à blanc et les arbres transgéniques.
Le Devoir, 19 décembre 2000

OGM ET MICRO-ORGANISMES

Les chercheurs de l’Université du Missouri, suite à une étude de quatre ans, ont découvert que l’utilisation du RoundUp sur du soja RoundUp Ready (RR) modifiait considérablement l’organisation des micro-organismes du sol. Ils ont notamment constaté une plus forte concentration du Fusarium sur les racines du soja transgénique dans les lots traités au RoundUp.
Progressive Farmer, 3 janvier 2001

Une étude indique que les leghemoglobines présentes dans les nodules du soja RR, éléments très importants pour que les racines des légumineuses fixent l’azote, sont menacées par l’utilisation d’un herbicide à base de glyphosate . L’étude a aussi démontré que l’utilisation de glyphosate sur du soja RR entraînait une réduction de la masse et du nombre des nodules racinaires capables de fixer l’azote.
Hoagland et al. (1999), Weed Science Society of America, Vol. 39

Une étude menée par l’Institut Max Planck for Soil Microbiology à Marbourg en Allemagne a révélé que la culture de pomme de terre transgénique modifiait la population bactérienne du sol. Les chercheurs n’ont pas conclu si les changements observés modifieraient le sol au point de condamenr de futures plantations sur ces mêmes terres. Ils demandent cependant, au nom du principe de précaution, d’arrêter ces cultures en attendant d’en savoir plus, d’autant qu’il est connu qu’un changement infime dans l’écologie microbienne peut rendre des terres stériles ou développer des pathogènes comme des nématodes, des champignons ou des bactéries.
GM Potatoes Alter Soil Ecology, Positive News,